Vendre un terrain : Pourquoi diviser sa parcelle ?

Diviser sa parcelle

Lorsque l’on a un terrain constructible à vendre, la question de la division peut se poser. Encore faut-il que le terrain initial soit suffisamment grand pour que l’opération de division ait du sens. Quelles sont les démarches à entreprendre lorsque vous divisez votre parcelle ? Dans quels cas de figure cela peut être opportun ? Quelles sont les limites d’une telle démarche : nous répondons à toutes vos interrogations !

Qu’est-ce que la division de terrain ?

Comme son nom l’indique, la division de terrain consiste à segmenter votre parcelle en plusieurs autres parcelles de plus petites tailles.

Pour mener à bien le processus de division, la première étape consistera à établir un plan de division de la parcelle qu’il faudra communiquer au collège communal et à l’administration en charge de l’urbanisme. C’est un géomètre expert qui se chargera d’établir ce plan.

Ensuite, il faudra procéder au bornage du terrain et à la rédaction du procès-verbal de bornage. C’est encore une fois une des missions des géomètres experts.

Bon à savoir : Certaines divisions de terrain peuvent être soumises à l’obtention préalable d’un permis d’urbanisation. C’est notamment le cas dans les lotissements.

Les avantages et les inconvénients à morceler sa parcelle

Ce genre de procédés peut être gagnant pour toutes les parties prenantes engagées. Pour le vendeur du terrain, morceler sa parcelle lui permettra généralement d’obtenir un prix de vente plus élevé qu’en vendant le terrain initial en une seule fois. De plus, les surfaces plus petites

Concernant l’administration ou les collectivités, un terrain morcelé signifie de plus grosses rentrées fiscales notamment en ce qui concerne les droits d’enregistrements. De plus, les communes cherchent bien souvent à lutter contre l’étalement urbain, de nature à nuire à la démographie de la ville.

Néanmoins, morceler votre terrain peut en certains cas limiter les opportunités de construction sur les nouvelles parcelles segmentées. A vous de bien analyser chaque situation pour prendre la meilleure décision. Si vous morcelez en un grand nombre de parties, le processus de vente peut être très long pour vendre l’intégralité du terrain.

Bon à savoir : Le morcellement de votre parcelle doit se faire conformément aux contraintes d’urbanisme. Dans tous les cas de figure, il est important d’imaginer les projets de constructions potentiels.

Division d’un terrain : combien ça coute ?

Le principal poste de dépense lors d’une division de terrains tient dans les honoraires du géomètre expert qui sera mandaté pour assurer le bornage des terrains.

Le montant tiendra évidemment compte des spécificités de la demande comme la superficie du terrain, la difficulté d’accès à celui ci ou encore les différents frais d’expertise ou de déplacement. En moyenne, les opérations de bornage d’un terrain oscillent entre 500 et 2000 €.

Diviser sa parcelle : Pour quel type de terrains ?

Évidemment, si le terrain que vous vendez est déjà d’une superficie modeste, il ne sera pas utile de le segmenter. Au contraire, vous risqueriez même de faire perdre de l’attrait aux deux parcelles.

En revanche, si votre terrain est suffisamment grand et qu’il est situé en zone urbaine ou les terrains constructibles sont rares, il est possible d’avoir recours à la division de la parcelle pour maximiser le prix de vente du terrain à bâtir.

La division peut aussi être une solution intéressante lorsque vous souhaitez vendre une partie de votre terrain que vous n’utilisez plus. Cela vous permet de conserver votre lieu d’habitation sans pour autant vendre l’intégralité du lot.